fbpx

Accroître le potentiel des élèves
le projet Hawthorne

Cet été, une poignée d'élèves de l'école publique Hawthorne ont été parmi les premiers à obtenir un crédit d'études secondaires avant même de mettre les pieds dans leur école secondaire.

Grâce à un partenariat entre Jeunesse Ottawa et l'OCDSB, des élèves de 8e année du programme de développement de l'anglais ont été mis sur la voie de la réussite; ils ont acquis des compétences pratiques telles que l'ouverture d'un compte bancaire, la rédaction de courriels efficaces, ainsi que des compétences essentielles pour comprendre leur futur parcours professionnel. Le programme, intitulé le ¨Hawthorne Amplified¨ (Hawthorne Amplifié), a fourni à ces jeunes les bonnes ressources pour accroître leur potentiel. Grâce à la coopération des élèves, des enseignants et des sponsors, ils ont bénéficié d'avantages auxquels ils n'auraient peut-être pas eu accès autrement. Le projet a été lancé dans le prolongement du du programme Médias actifs pour les jeunes de Jeunesse Ottawa, , après que les élèves aient manifesté le désir de poursuivre leur participation tout au long de l'été. 

Karen Andrews, enseignante à Hawthorne depuis plus de 18 ans, a supervisé le projet. Lorsqu'elle a participé pour la première fois à un atelier OCDSB XL, elle a voulu trouver un moyen d'intégrer l'apprentissage par l'expérience dans sa propre classe. Au milieu des émotions négatives causées par la pandémie de COVID-19, Karen, avec Jeunesse Ottawa et le conseil d'apprentissage expérientiel ont aidé à faciliter ce programme pour offrir aux élèves une expérience nouvelle et amusante. Au cours de l'année, les élèves ont développé un lien fort entre eux et avec les enseignants en produisant un film de science-fiction. Finalement, les élèves ont réussi à prendre confiance en eux pour demander une bourse à l'OCDSB XL. Ils ont reçu 5 000 $ pour acheter du matériel de tournage, qui se trouve toujours à Hawthorne. Ils espèrent que ce matériel de tournage servira de ressource aux futurs élèves dans leurs projets.

En prolongeant le projet YAM au cours de l'été, cela a permis au groupe d'élèves très unis de rester ensemble tout en obtenant un crédit d'études secondaires et une expérience de travail concrète à ajouter à leur CV.

Non affecté : le parcours vidéo

Jetez un œil au parcours vidéo de l'élève alors qu'il créait son court métrage intitulé Unaffected pendant le programme Youth Active Media.

un grand mentor

Entrez : Mouhamad Al Aarab – un étudiant en génie aérospatial à l'Université Carleton. Mouhamad a été embauché par Jeunesse Ottawa pour faciliter le programme dans le cadre de la mission de Jeunesse Ottawa d'offrir des opportunités économiques aux jeunes, lui permettant de gagner un revenu pour payer ses propres frais de scolarité.

Mouhamad a immigré au Canada en 2016, après 4 ans sans éducation formelle. Sa langue seconde étant l'anglais, il était le candidat idéal pour inspirer ces jeunes à réaliser leurs aspirations. Nurhan, l'un des élèves, a convenu que le fait d'avoir quelqu'un d'un milieu similaire les aidait à avoir quelqu'un à admirer. D'après les expériences de Mouhamad, c'est grâce au club des devoirs de son école secondaire qu'il a pu accéder à l'université - ce que Jeunesse Ottawa a essayé d'égaler par le biais de ce programme. 

Le projet Hawthorne Amplifié a permis à Mouhamad d'être un modèle pour les élèves qui pourraient être inspirés à suivre ses traces et à devenir des mentors pour les générations futures. Par conséquent, non seulement les potentiels des autres étudiants ont été amplifiés, mais l'écart de chômage parmi les jeunes a également été réduit de plusieurs manières.

Les cours d'été ont permis d'acquérir des connaissances financière et numérique, ainsi que des cours de résilience et de leadership, mais comprenaient également des jeux et des activités interactives. Mouhamad et les enseignants ont structuré leurs cours autour des intérêts des élèves, en intégrant les attentes du programme scolaire chaque fois qu’ils le pouvaient. S'inspirant de ses propres expériences, Mouhammad a mis en œuvre des techniques qui l'avaient aidé dans le passé, comme commencer les cours en encourageant les élèves à exprimer leurs préoccupations - qui concernaient souvent l'école ou la pandémie. Au début, il a trouvé difficile de faire participer les élèves à travers un écran. Ces difficultés ont été surmontées avec des incitations telles que des jeux où la participation était obligatoire, ainsi que par la mise en confiance des élèves les plus timides. 

L'équilibre entre le plaisir et l'éducation a maintenu les élèves engagés dans le processus d'éducation. Pour les élèves, le projet final des sessions YAM précédentes - une émission télévisée - était l'un des aspects les plus mémorables du programme, même s'ils n’ont pas pu le terminer. Mouhamad a également présenté aux élèves les « mots du jour » : des mots qu'il aurait souhaité connaître lorsqu'il apprenait l'anglais au secondaire comme « exigences » et « expérience » - sachant que ces jeunes auraient souvent besoin d'aider leurs parents à comprendre les documents officiels envoyés en anglais.  

« C'est un très bon exemple de ce que nous devons faire davantage [...] c'est ce dont nous avons le plus besoin dans l'éducation en général : des jeunes super enthousiastes à propos de choses » - Kristin Kopra, directrice de l'école publique Hawthorne

Les élèves de Hawthorne ont également exprimé leur déception de ne pas avoir pu terminer leur projet de film et sont impatients de poursuivre ce genre d'initiative.

"J'espère qu'un jour dans le futur nous pourrons le refaire, je ne sais toujours pas comment, mais je l’espère." - Nurhan, Étudiant de l'OCDSB

Leur enthousiasme soulève la question de savoir si le programme pourrait être mis en œuvre dans toute la ville à une plus grande échelle afin d’accroître le potentiel d'encore plus d'élèves, et s'il peut en être amélioré.

Karen et Kristin ont toutes deux convenu que ce programme pourrait être mis en œuvre dans d'autres écoles et aurait un effet différent - quoique toujours important - sur les élèves qui y participent. Karen a expliqué que les prochaines étapes pour améliorer ce programme, s'il devait se poursuivre, comprendraient une meilleure communication avec les élèves, ainsi que davantage de points de contact avec leurs familles. Elle a également mentionné que l'une des principales raisons du succès de ce programme était l'implication et l'encouragement des enseignants. Avoir un lien fort entre les enseignants et les élèves a été un point important du programme : quelque chose que Mouhamad a fourni. Avec un financement adéquat, il serait possible d'augmenter la communication entre les élèves, le personnel et les familles.

Mouhammad a également ajouté que les élèves bénéficieraient davantage s'ils poursuivaient le programme, car ils ne se réunissaient que deux heures par semaine. Selon lui, les clubs de devoirs qui existent actuellement pour son petit frère n'ont pas autant d'effet que celui qu'il fréquentait au secondaire. En établissant des programmes similaires dans d'autres écoles et districts, nous pourrions amplifier davantage le potentiel des élèves - mais nous avons besoin de votre aide.

Comment vous pouvez aider

Combien de projets peuvent vraiment motiver un groupe d'élèves à apprendre ? Au final, l'objectif d'avoir créé un impact sur au moins un élève et de l'aider à réaliser ses grands rêves a été atteint. Mais afin d'accroître davantage le potentiel d’un plus grand nombre d’élèves, nous devons d'abord amplifier le projet dans son ensemble. Grâce à vos dons et votre soutien aux efforts de collecte de fonds, vous pourriez nous aider à faire une différence dans la vie d'un plus grand nombre d'élèves à Ottawa en maintenant des projets comme ceux-ci.