fbpx

25 ans d’enthousiasme: Un annuaire

Notre histoire

Bien que la plupart de nos premiers enregistrements aient été brûlés dans un incendie à la station CHOJ (maintenant connue sous le nom de CTV), les histoires de jeunes vivent dans les souvenirs personnels de résilience et de courage. Afin de retrouver une partie de notre histoire, notre équipe de communication a entrepris un voyage d'investigation : elle a pris contact avec les anciens membres par tous les moyens possibles. Ce qui suit est tout ce qui a été récupéré grâce à notre enquête et à la documentation plus récente des prix Esprit de la capitale BRC / ¨RBC Spirit of the Capital¨.  

Un hommage à notre fondateur : Max Keeping

Notre premier «principal», Max Keeping, a également été notre première meneuse de claque / ¨pom-pom girl¨. Parmi de nombreuses autres organisations, il s'est consacré à la redéfinition du sens du mot « communauté ». Il était président honoraire de ce qui était autrefois connu sous le nom d'Ottawa ami des enfants et des jeunes (maintenant Jeunesse Ottawa), mais il a aussi joué un rôle pratique au sein de notre organisation.

Avant de décéder en 2015, il a dit un jour «J'ai beaucoup à vivre». Nous aimons penser qu'il a tenu sa promesse car son esprit se perpétue à travers notre organisation. Son objectif était de donner aux enfants et aux jeunes une voix dans les décisions qui leur importaient le plus : un idéal qui perdure dans tous les coins de notre organisation. 

À ses débuts, Max Keeping a joué un rôle déterminant dans la promotion d'Ottawa ami des enfants et des jeunes / ¨CAYFO¨. Pendant de nombreuses années, il a été un journaliste à l'antenne qui terminait chacune de ses émissions par un petit article positif sur les enfants. 

"Tous les vendredis, il terminait le journal télévisé par « faites une différence dans la vie d'un enfant ». Tout le monde dit cela aujourd'hui, mais ce n'était pas le cas à l'époque", explique David Millen, notre directeur exécutif fondateur.

Au cours des premières années, il y avait un certain nombre de jeunes qui avaient de grandes idées. L'une de ces personnes était Maya Shoucair : une jeune présidente de classe de lycée qui avait aidé à organiser quelques-uns de nos premiers prix Esprit de la capitale / ¨Spirit Awards¨. Elle a alors eu une idée et a décidé de nous en parler.

En 2004, Maya Shoucair est ces amis on présenté des nouvelle idée de collecte de fonds équitable à Max Keeping. L'idée ne s'est pas concrétisée, mais elle était néanmoins reconnaissante d'avoir eu l'occasion de présenter l'idée à l'équipe de la station CTV. 

Sans Max, nous ne serions pas là où nous en sommes aujourd'hui. Sans lui, nous n'aurions pas eu le privilège d'entendre la voix des jeunes pendant un quart de siècle. 

« C'est grâce à ces efforts avec Max que nous avons pu prendre un bon départ », a déclaré David. « Il y a eu beaucoup d'essais et d'erreurs, et dans ces premières années; nous avons lutté principalement pour obtenir des financements ». Avec Max, nous avons gagné en notoriété, ce qui nous a permis de trouver davantage de possibilités de financement.

Aujourd’hui, l'une de nos catégories de prix Esprit de la capitale BRC s'appelle le prix Max Keeping. Il reconnaît les jeunes acteurs du changement qui ont eu un grand impact dans notre communauté ou dans leur propre vie. Année après année, ces histoires sont assez puissantes pour nous faire monter les larmes aux yeux - qu'il s'agisse de sauver la vie de quelqu'un ou de surmonter des difficultés personnelles, nous sommes toujours reconnaissants d'entendre les histoires de force et de résilience de ces jeunes.

L'un de ces jeunes était Jeff Ava Gonsalez, dont la famille avait immigré au Canada pour échapper à la violence. Deux de ses frères ont été tués et il a été placé sans le savoir dans une classe avec quelqu'un qui avait tué son deuxième frère. Malgré son désarroi et sa colère, il savait que rien ne sortirait d'une nouvelle violence. Quelques années plus tard, il est devenu policier et a visité d'innombrables écoles pour raconter son histoire aux jeunes enfants.

Programmes retraités

Outils pour les écoles / ¨Tools 4 Schools¨

¨Tools 4 Schools¨ était un programme que nous avons dirigé pendant plus d'une décennie, permettant à la communauté de collecter des fonds et de réaliser l'importance du soutien communautaire pour faire une différence chez les jeunes et leurs familles. Pendant dix ans, nous avons fourni aux jeunes plus de 15 000 patins neufs et légèrement usagés qui en avaient besoin pour profiter de notre passe-temps national préféré grâce à notre programme Patins pour les enfants / ¨Skates 4 Kids¨.

USAFE

L'intimidation est un problème majeur auquel les jeunes sont confrontés à l'école. Avec Tu es en sécurité / ¨USAFE¨, un programme d'éducation entre jeunes, nous avons demandé à des éducateurs de se rendre dans les écoles pour discuter de ces problèmes et créer des environnements scolaires plus sûrs et plus respectueux. En écoutant les autres jeunes, les enfants étaient également plus enclins à s'engager dans l'apprentissage. 

Jeunesse d'Ottawa pour le changement

Avec notre programme Jeunesse d'Ottawa pour le changement, les jeunes ont été encouragés à mettre en œuvre des projets internationaux dans leurs propres communautés. Nous avons organisé des conférences annuelles au cours desquelles nous avons discuté de problèmes mondiaux pertinents et de la façon de les résoudre localement. Plus important encore, Ottawa ami des enfants et des jeunes / ¨CAYFO¨ a commencé comme une organisation qui demandait aux entreprises dans quelle mesure leurs bâtiments étaient adaptés aux enfants et aux jeunes. 

« Quelle chose radicale à demander ! » dit David.

Des enfants ont été invités dans des hôpitaux, des écoles et des hôtels afin d’évaluer les mesures de sécurité pour les enfants. Depuis, nous avons continué à offrir des programmes éducatifs. Nous continuons d'enseigner la littératie numérique, l'engagement civique communautaire et les compétences professionnelles aux jeunes partout à Ottawa. Notre programme Médias actifs pour les jeunes / ¨ Youth Active Media (YAM) ¨, notre programme Initiative citoyen actif / ¨ Active Citizen Initiative (ACI) ¨ et notre programme de mentorat artistique / ¨ Artistic Mentorship Program (AMP) ¨ sont autant de programmes qui continuent d'avoir un impact sur la vie des jeunes Ottaviens. De plus, lorsque nous étions connus sous le nom d’Ottawa ami des enfants et des jeunes / ¨CAYFO¨, nous nous concentrions sur les réalisations des moins de 18 ans. Depuis lors, nous avons élargi notre champ d'action pour inclure également ceux des universités et des collèges.  

Notre premier prix Esprit de la capitale

Depuis 25 ans, nous fournissons non seulement des ressources aux jeunes d'Ottawa, mais nous reconnaissons également leurs efforts et leurs réalisations. Que ce soit pour la persévérance, le courage, la force dans la diversité ou bien d'autres, la qualité inspirante de la jeunesse a toujours été reconnue.  

En 1997, nous avons organisé notre première cérémonie de remise du Prix BRC Esprit de la capitale à l'hôtel Westin. Pour de nombreux jeunes, c'était la première fois qu'ils avaient la chance d'assister à un gala formel et encore moins à un gala qui reconnaissait leurs réalisations. 

Medin Admasu était l'un de nos maîtres de cérémonie cette année-là. Il a décrit des points de repère avec des messages de motivation placés à chaque table, des histoires puissantes et un large éventail de jeunes qui excellaient dans leurs propres catégories : des universitaires aux sportifs. 

Depuis le début, nous permettons également aux jeunes d'acquérir des compétences en coulisses. Des jeunes comme Medin et Maya ont contribué à comprendre ce qui était nécessaire pour ces événements.

« [Jeunesse Ottawa] ne se contentait pas de fournir des services aux jeunes, mais cherchait également à savoir ce que les jeunes pouvaient faire. » - Joe Veryard, ancien président du conseil d'administration de Jeunesse Ottawa.

L'année suivante, nous accueillerions nos prix Esprit de la capitale / ¨Spirit Awards¨ au Centre des congrès sous forme de dîner, avec le secteur privé comme commanditaire.

Les héros de la table ronde

Ottawa ami des enfants et des jeunes / ¨CAYFO¨ (Jeunesse Ottawa) a commencé par fournir aux jeunes les ressources dont ils avaient besoin pour atteindre leurs objectifs. Très vite nous changerons nos priorités pour inclure également l'écoute des jeunes que nos décisions affectent le plus. Nous avons évolué depuis, mais ce principe reste le même. Au début, nos fondateurs ont remarqué que seuls les adultes étaient ceux qui prenaient les décisions pour les enfants.

« Tous ces adultes bien intentionnés s'asseyaient et prenaient des décisions sur la gouvernance du système de protection de l'enfance et les enfants étaient introuvables. » -David Millen

Alors que personne ne voulait écouter ces voix, Ottawa ami des enfants et des jeunes / ¨CAYFO¨ a travaillé dur pour créer une fondation pour le changement. À l'Hôpital Royal Ottawa, une table ronde a été formée pour promouvoir la nécessité d'agir dans les écoles et la sécurité scolaire. Les tables représentaient l'égalité, indépendamment de l'âge ou du statut, où chacun avait son mot à dire dans la prise de décision – une première pour les jeunes.

Le tout premier conseil d'administration était incroyablement influent, comprenant le chef de la police, les conseillers municipaux locaux, ainsi que jusqu'à quatre jeunes. Avant nous, c'était du jamais vu. Ces quatre jeunes se sont ensuite illustrés dans le monde de la politique et des affaires.

« C'était rafraîchissant de passer beaucoup de temps avec des enfants qui étaient à l'époque assez surpris que quelqu’un veuille les écouter, leur prêter attention, à part leurs professeurs d'école et leurs propres parents », a déclaré David. Depuis ce moment, les tables rondes ont été le berceau de nos convictions : un lieu où la voix de chacun est entendue, quelle que soit son identité.

Les prix Esprit de la capitale / ¨Spirit of the Capital Awards¨ au fil des décennies

Les prix Esprit de la capitale étaient autrefois un gala formel assis, mais ont finalement évolué en un événement amical debout après avoir écouté certaines des suggestions des jeunes eux-mêmes. 

Nous sommes fiers d'avoir accordé la priorité aux besoins et à la voix des jeunes tout au long de ces années. Comme Medin l'a dit un jour: « rien sur nous sans nous ». À ce jour, nous croyons que les jeunes devraient pouvoir nous dire ce qu'ils attendent de nous.

Ainsi, nous avons su nous adapter aux besoins des jeunes au fil des décennies. Nous avons commencé en tant qu'organisation chargée de veiller à ce que les espaces publics soient sûrs pour les enfants, travaillant sur les droits des enfants, pour se concentrer maintenant sur l'amplification des voix et des talents des jeunes. 

Les critères d'attribution des prix de la BRC Esprit de la capitale ont changé à plusieurs reprises au fil des ans, sachant que certaines des premières catégories se chevauchaient un peu.

Autrefois, les prix de l'Esprit de la capitale ne nommaient qu'un seul récipiendaire, mais comment en choisir un seul ? Il y avait tellement d'histoires réconfortantes et inspirantes que nous avons dû le changer pour deux destinataires. Cela était particulièrement vrai pour le prix du courage, désormais appelé le prix Max Keeping, où les finalistes auraient des histoires incroyables, même s'ils n'étaient pas les récipiendaires.

Nous avons également intégré des tables pour les familles afin qu'elles puissent célébrer les réalisations de leurs enfants. Dans un monde où les jeunes étaient considérés comme des délinquants et des perturbateurs, nous avons prouvé que tout le monde avait tort avec nos prix de l'Esprit de la capitale. 

« Cela donne aux gens l'occasion de voir la jeunesse sous un jour positif et toutes ces bonnes nouvelles qui ne font pas toujours la une des journaux » - Joe Veryard 

Merci à tous ceux qui nous ont permis de découvrir une partie de notre propre histoire. 

En savoir plus sur notre impact : Profils

Maya Shoucair

Les sœurs cadettes de Maya Shoucair ont été étonnées que les gens travaillent réellement chez TikTok, sans parler de leur sœur aînée. Maya a été embauchée pour diriger des partenariats en matière de politique publique pour le Canada. Maintenant, elle dirige la stratégie d'impact social à travers les Amériques. Mais avant tout ce développement passionnant, elle était une jeune à Ottawa. En 2004, elle a assisté à son premier gala assis : les RBC Spirit of the Capital Awards. En tant que présidente du conseil étudiant, elle a découvert Jeunesse Ottawa par le biais de l'école et a aidé à faire du bénévolat lors de la remise des prix. Elle attribue son succès à tous les programmes jeunesse qui donnent aux jeunes l'accès aux ressources et aux opportunités de leadership, y compris Jeunesse Ottawa. 

« J'ai grandi à Sandalwood, un quartier très mal desservi du sud-est d'Ottawa. J'attribue une grande partie de mon succès à l'accès à des programmes de leadership pour les jeunes comme le conseil étudiant de Hillcrest ou Jeunesse Ottawa, qui offraient une formation axée sur les compétences, du mentorat et des opportunités de réseautage auxquelles je n'aurais pas eu accès autrement », a déclaré Maya.

Medin Admasu

Medin Admasu a été l'un des maîtres de cérémonie de nos tout premiers prix de la BRC Esprit de la capitale et a présidé le comité organisateur de notre quatrième prix. C'était la première fois qu'il organisait une grande cérémonie de remise de prix locale, mais cela l'a préparé à ce qu'il est aujourd'hui: il a organisé plusieurs grands événements pour le Club des Garçons et Filles d'Ottawa, dont il est maintenant le directeur des programmes. Il continue de travailler avec les jeunes et de leur offrir de nouvelles possibilités et il attribue son succès à la possibilité de mettre ses compétences à l'épreuve dans des organismes comme Jeunesse Ottawa lorsqu'il était adolescent. 

« [Des organisations comme Jeunesse Ottawa] m'ont donné l'occasion de tester mes compétences, d'en acquérir de nouvelles et de rencontrer différentes personnes que je n'aurais jamais rencontrées en faisant simplement des activités d'adolescent à l'époque. » - Medin Admasu

Un grand nombre d'autres jeunes qui sont entrés en contact avec nous au fil des ans sont devenus extrêmement prospères : des entrepreneurs de la mode aux avocats.

L'avenir de la jeunesse d'Ottawa « élevé »

Jeunesse Ottawa a prévu des choses passionnantes pour notre 25e anniversaire et au-delà. Cette année, nous espérons retourner au Centre national des Arts en personne; avec une arrivée sur le tapis rouge, un photomaton, des mets à grignoter, des sièges VIP et bien plus encore. Nous avons hâte de voir tous les jeunes acteurs du changement qui continueront à bénéficier d’opportunités incroyables. 

Les candidatures sont maintenant ouvertes pour les Prix jeunesse Esprit de la capitale BRC 2022 et nous sommes à la recherche de jeunes gens exceptionnels à honorer! Nous récompenserons 14 jeunes dans sept catégories différentes. Les jeunes recevront une bourse de 1 000 $, une reconnaissance sur les plateformes de ¨CBC¨ Ottawa et une occasion de célébrer avec nous lors du gala en octobre. Si vous connaissez un jeune qui aide à faire de votre communauté un endroit meilleur, nous voulons avoir de vos nouvelles !

Vous trouverez plus d'informations sur les catégories de prix et les exigences ici.